A quoi sert la psychanalyse ?

Je suis invité par le GERED (Groupe d’Entrainement, Relation Ecoute, Désir) à animé un atelier/conférence avec la psychanalyste Paule Plouvier sur le thème : A quoi sert la psychanalyse ?

Samedi 7 mars 2020 de 9h30 à 12h
chez Anny Sala – 50 impasse des Parasols Montpellier
Inscription par email  mounoud.christiane@free.fr 
ou par téléphone au 06 78 39 19 98‬

A quoi sert la psychanalyse-jean godebski-psychanalyste-psychothérapeute-psy-nimes-freud-lacan
A quoi sert la psychanalyse ?

La psychanalyse ça sert à pouvoir travailler et à pouvoir aimer affirmait Freud. Simple et limpide, cette réponse laisse entendre malgré tout une certaine norme : le but de toute vie, d’après la psychanalyse, serait-il d’aimer et/ou de travailler ? De plus quand est-il de notre corps ? La psychanalyse aurait-elle un effet sur notre santé en déplaçant les conflits du réel (le corps) vers le symbolique (langage)… Ou l’inverse ??

« Tu ne céderas pas sur ton désir »… Avec Lacan , la psychanalyse s’affirme comme une éthique du « parler vrai »… Un chemin de liberté. « Savoir y faire avec » sa jouissance, avec ses symptômes… Avec son Sinthome (noyau réel des symptômes après l’analyse)… Composer, ressentir, actualiser ses traumas… Traverser son fantasme, parvenir au désêtre, à un vide (réel) propice à l’émergence de son propre désir… Désirer être désirant, mettre son énergie au service de ce désir, telle serait la visée lacanienne.

La psychanalyse est une pratique, l’association libre dans un cadre précis, un temps précis… Avec l’aide d’un psychanalyste (qui grâce à sa propre analyse peut analyser et dépasser les identifications du transfert – je suis moi aussi amoureux de ma patiente ou je la déteste ?). Cette pratique permet de « débrouiller l’indébrouillable », de traverser les traumas et remettre sa menace de destruction, d’anéantissement à sa place, dans le passé, l’enfance de l’analysant… Grâce au symbolique (la parole) et à l’imaginaire, border, limiter ses effets de corps (douleurs, maladies…).

« Il n’y a pas de rapport sexuel », la complétude n’existe pas, quoiqu’on fasse, psychanalyse ou pas… Ca manque toujours. Impossible donc de prétendre accéder à un point d’équilibre (le boulot, la famille, l’amour, la santé tout va bien)… Ainsi la visée de toute psychanalyse ne sera ni de soigner, ni de combler… Mais bien de permettre par son manque structurel de dépasser les Noms du Père (toutes les projections, injonctions des autres (parents, familles, sociétés…)) pour aller avec son propre désir… Dépasser le cercle, répétitions mortifères de ses symptômes, pour un mouvement en spirale, guidé par sa jouissance… Je désire ce qu’il me manque.

La psychanalyse vise donc un mouvement… Vivez votre vie. On le peut comparer idéalement à la marche… Une suite de déséquilibre qui forme un équilibre.On peut aussi le voir comme les possibles successions, liaisons successives, des pulsions de vie et des pulsions de mort.

Ce voyage psychanalytique qui n’a sans doute pas de fin (sinon la mort elle même) peut nous amener aux sources de la répétition du traumatisme du langage (pourquoi je n’arrête jamais parler ?) ou à interroger les fondements de son narcissisme (pourquoi ai-je besoin d’aimer l’autre ? pourquoi ai-je tant besoin que l’autre m’aime ?), voir même à reconnaître la la « faute originelle »… Quoiqu’il en soit, en fin de compte, tout ce dont je souffre est, par structure, ressenti comme… De ma faute malepeste.

Et peut être s’en libérer…

Des vidéos prises sur le vif des ateliers et conférences sont disponibles sur la chaîne :  Jean Godebski – You Tube

2 réponses sur “A quoi sert la psychanalyse ?”

  1. Bonjour, votre annonce m’intéresse. J’exerce en libéral à Mende. Ma pratique et les théories dont elle procède est ce que l’on appelle depuis Sartre, psychanalyse existentielle, et que j’appelle psychanalyse existentialiste. S’il reste des places, pourriez-vous me dire s’il me serait possible d’assister à l’atelier/conférence avec la consœur Paule Plouvier pour samedi 7 mars 2020 ?
    Merci. Intrigué, je suis.
    N.B : Ma formation initiale est philosophie, avec 42 ans d’enseignement de la chose en lycée, et toujours en exercice à Mende en libéral, depuis août 1989.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *