Bio express

Abandonné par sa mère à 4 ans, c’est grâce à l’écriture que Jean Godebski comprendra quelques trente ans plus tard, la « bombe » qu’il porte en lui… L’effroi, la panique, le traumatisme refoulé. La peur d’être de nouveau séparé empêche tout attachement, sinon des amours impossibles, illusion que l’Autre peut tout combler ! Passions d’autant plus destructrices qu’elles répètent inéluctablement l’abandon initial.
Dix ans d’analyse lui permettront de dépasser cette « compulsion de répétition », et de « savoir y faire » autrement avec sa structure abandonnique… Sans peur et sans reproche ! Sept ans d’études de psychologie et de psychanalyse lui permettront de devenir psychothérapeute, d’ouvrir un cabinet à Nîmes, d’écrire plusieurs livres publiés chez L’Harmattan (« Le tout dernier enseignement de Lacan, un renouvellement de la clinique ? » ; « Tout ce que tu fais pour la personne sans la personne tu le fais contre la personne ») et de donner des conférences (« PSYKF : Quel sens la psychanalyse aujourd’hui ? », « Passions et solitude, deux symptômes d’une structure abandonnique », « Les relations mère fille : un ravage ? », « Les relations mère fils : l’impensable séparation ? »…).

Jean Godebski Psychanalyste

Il lui aura fallu « user » quatre psychanalystes, dix années durant, deux fois par semaine d’une analyse didactique,… Pour parvenir à cerner et « savoir y faire » avec ses fantasmes, sa jouissance et sa structure abandonnique (Cf : Conférence « Passions et solitudes, deux symptômes d’une structure abandonnique »). « Traversée du fantasme » pour délaisser le désir inconscient qui l’avait toujours porté, « Désêtre » dans le non sens de toute existence, symptôme corporel de fin d’analyse… Tel est le chemin de tout analyste qui laisse choir son passé et peut ainsi analyser les transferts de ses patients sans s’y laisser happer.
Abandon de la toute puissance, acceptation de l’Autre et de son désir singulier… Le psychanalyste devient un simple rouage, élément presque superflu du travail sur soi de tout analysant.

psychotherapeute-psychanalyste-nimes

Jean Godebski Psychothérapeute

Il lui aura fallu « user », à quarante ans passé, sept années les bancs des facultés de Nîmes et de Montpellier. DEUG, Licence et Master 1 de Psychologie Clinique, Master 1 et 2 de Psychanalyse, Diplôme Universitaire de Psychothérapeute. Cette formation théorique longue et intense a été complétée par quatre années au Collège Clinique de l’École de la Cause Freudienne à Montpellier où il a pu se familiariser aussi, par la « présentation de malade », avec des patients de structures très différentes.