La liberté ou savoir y faire avec son manque

“La liberté ou savoir y faire avec son manque” est le troisième film d’une trilogie sur le manque qui comporte aussi “La perversion ou le déni du manque” et “L’amour ou le comblement du maque“… Diantre.
Les Stoïciens nous donnent un mode d’emploi de la liberté… Les Communistes nous expliquent qu’il faut d’abord libérer la société… Bigre !
L’éthique de la psychanalyse ce pourrait être : Tu ne céderas pas sur ton désir… Genre : Connais-toi toi même.
La liberté, plus qu’avoir mille choix, c’est pouvoir en choisir un (un métier, un amour)… C’est pouvoir éliminer toutes les autres tentations… Sapristi.

liberté-psy-godebski-psychanalyste-nimes
La Liberté Magritte

Le Désir est toujours le désir de l’Autre ! Le Nom du Père, Les Noms du Père nous tracent un destin déjà écrit. Se débarrasser des Noms du Père, de ce que notre père (Dieu le père ?), notre famille, notre société attendent de nous… C’est entrer dans sa structure… Ce qui m’importe vraiment, ma jouissance contradictoire. Le travail psychanalytique c’est de savoir y faire avec sa jouissance… avec ce que je suis, mes traumatismes, mes symptômes.

Se dégager de ses symptômes, ses répétitions mortifères… C’est découvrir ses traumatismes inconscients, ses traumas d’enfant… C’est  re-sentir la douleur enfouie… Mais aussi le désir qui n’a jamais été comblé, qui n’est à jamais comblable… Traverser ce fantasme c’est revenir au vide, au Réel… Pour atteindre la loi désir… C’est à dire : je désire ce qui me manque. Et comme c’est toujours manquant… Je suis toujours désirant… Saperlipopette !

Des vidéos prises sur le vif des ateliers et conférences sont disponibles sur la chaîne :  Jean Godebski – You Tube

2 réponses sur “La liberté ou savoir y faire avec son manque”

  1. Diantre / Bigre / Sapristi / Saperlipopette !
    Jurons d’un autre temps / autre monde. Ponctuent-ils ? J’ai déjà pris du re-tard.
    Découpent-ils ? “Trop dispersé” me disaient-ils. Déchiré oui. (“éparpillé aux 4 coins de Paris façon puzzle” serait mieux époqué avec les jurons).
    Ils structurent. Jurons il n’est jamais trop tard qu’on ne nous y reprendra plus sauf à vouloir contrarier La Fontaine ( ! ).
    Au fil de c/ses jurons votre présentation synthétise bien ce que peut être un parcours en Analyse. Un “festival de la liberté”. Merci Palsambleu ! Je vais aller voir vos films…

    1. A chaque fois que le désir est la moi je le nomme amour mais il passe MAIS JE NE CEDE PAS SUR MON DESIR CAR IL SE PEUT QU’IL NE SOIT PAS RECIPROQUE ET JE PASSE .un autre désir se présente faut encore arriver à le maîtriser car il démontre qu’il ne fait que passer avec son lot de refoulement que j’arrive difficilement à décrypter. Ne pas céder mais la aussi et continuer à y croire avec moins de certitude quant un autre se présente que je nomme amour véritable sans trop y croire étant épuisée par tant d’illusions mais espérons quand même qu’il se concrétisera et deviendra réel et amènera avec lui la liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.