Poésie et Psychanalyse ?

Poésie et Psychanalyse  ou un effet de Réel Poétique ?

Le signifiant nouveau que recherche Jacques Lacan à la fin de sa vie, a un effet de « sidération », un « sens double », où le deuxième sens est une absence de sens. Lacan parle de « disjonction du sens et du réel ». « C’est une poésie qui a un effet de sens aussi bien qu’un effet de trou » (S.XXIV, 1977).

Mallarmé-lacan-psychanalyse-godebski-nimes
Stéphane Mallarmé

« A la nue accablante tu
Basse de basalte et de laves
A même les échos esclaves
Par une trompe sans vertu

Quel sépulcral naufrage (tu
Le sais, écume, mais y baves)
Suprême une entre les épaves
Abolit le mat dévêtu

Ou cela que furibond faute
De quelque perdition haute
Tout l’abîme vain éployé

Dans le si blanc cheveu qui traîne
Avarement aura noyé
Le flanc enfant d’une sirène »

S. Mallarmé

(Extrait de « Le tout dernier enseignement de Lacan »
J. Godebski, L’Harmattan 2015)

enseignement-dernier-lacan-godebski-psy-nimes
« Le tout dernier enseignement de Lacan »

Des vidéos prises sur le vif des ateliers et conférences sont disponibles sur la chaîne :  Jean Godebski – You Tube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *