PSYKF : Perversion Amour Liberté, Janvier 2019, Nîmes

Perversion, Amour, Liberté… Le vendredi 25 janvier à 19h03 à Nîmes. Dans un format différent des conférences (10 minutes par thème), Christian Clapier « le Griot bleu », poète populaire, et Jean Godebski, psychanalyste, proposent un PsyKf poétique : « Griot sur Canapé ».

Autour d’un verre de vin, nous associerons nos mots, maux et regards sur la Perversion (déni du manque), l’Amour (combler le manque) et la Liberté (faire avec le manque)…  Cette performance sera suivie d’une dédicace du recueil « Kikou le Griot Bleu, Ratatouille poétique ».
Les Caves de Bernis, 1 Rue de Bernis, Nîmes (09 63 62 89 46)
Vendredi 25 Janvier 2019 à 19h03… Entrée (et sortie) : Libre

psykf-perversion-amour-liberté-psy-godebski-psychanalyste-nimes
La Liberté Magritte

« Si à 50 ans t’as pas une Rollex, t’as raté ta vie ! »… La perversion c’est croire qu’il est possible de manquer de rien sacrebleu. Grâce au capitalisme, on achète ce qui manque… Grâce au nationalisme, on sait que c’est l’Autre qui nous prend ce qui manque… Grâce au club de rencontre, on n’est plus jamais seul… Grâce à la pornographie, il n’y a plus « pas de rapport sexuel » … « On me décrit pervers, dévoyé, dépravé, Tout est faux, tout va bien, j’ai très bonne conscience ! »

Griot_Bleu_PSYKF_Jean_Godebski_ perversion_amour_liberté_Bernis_Nimes
Le Griot Bleu

Epicure pensait qu’il fallait l’oublier, Socrates qu’il fallait le maîtriser… Les Bouddhistes y voient une illusion, les catholiques le terreau du mal qu’il faut à tout prix contrôler… L’Amour est-ce que ça rate toujours ?
« J’aime la femme qu’il aime, la femme que j’aime l’aime, La femme qu’il aime m’aime, j’aime qu’il aime la femme que j’aime, J’aime que la femme qui m’aime aime celui qui l’aime, Je n’aime pas qu’il n’aime pas que j’aime la femme qu’il aime… »

Amour-solitude-rupture-godebski-psy-nimes
Amour impossible ?

 « Montre-nous les contours que l’on ne peut point voir, Laisse-nous respirer tes effluves d’espace, Illusion du réel, je te veux près de moi. Trouve-toi ! Cherche-moi ! Tu m’as fait ton esclave… » Les stoïciens en ont décrit le mode d’emploi : comment se comporter pour être libre (sic). Les communistes pensaient qu’il fallait d’abord libérer la société pour y accéder (une erreur de priorité ?). La psychanalyse, seule, propose de se libérer de la répétition de ses symptômes, du destin déjà tracé par le Nom du Père… La psychanalyse, seule, propose de prendre sa jouissance comme boussole… Saperlipopette.

Des vidéos prises sur le vif des ateliers et conférences sont disponibles sur la chaîne :  Jean Godebski – You Tube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *