Marcher vers ma liberté…

« Viens dans l’Ouvert, ami » Holrderlin   

Comment casser l’enfermement, les répétitions mortifères, les menaces… Résister aux injonctions répétées de fermetures, replis, de solitude… Submerger par les angoisses de vulnérabilités, de destructions, de pertes de sens… Le stress du « a quoi bon ?», d’une attente sans fin… Cette réalité nous échappe, ce monde court à sa perte, de cette vie on perd le contrôle… La rencontre, l’ouverture, l’initiative, la création, la légèreté, l’humour absents… Peste.

Temps noirs de la pandémie, temps noir de l’écologie… Virus, CO2 et méthanes, pétroles et charbons, plastiques… L’ennemi est partout, dans nos existences, nos impuissances… Ne pas sombrer dans l’autodénigrement, ni accuser nos voisins de tous les maux… Comment ne pas être coupables ?

Résister à cette vague mondiale, comme si elle n’était qu’une invention du malin ? Se flageller dans une solidarité fictive, un élan absent… En pensée magique, agir dans notre quotidien contre ces léviathans qui nous écrasent ? Se retirer, sortir du monde et de ce flux incontrôlé, incontrôlable de menaces, de catastrophes… Pulsions de mort à répétitions ? Devenir sourd, aveugle, carapace de protection illusoire… Se bétonner dans l’indifférence, l’absence de compassion envers l’autre comme envers soi même… Et rire de ce non futur annoncé, inéluctable ?

Quelle écologie, quel équilibre possible aujourd’hui ?
Quels chemins sans peur et sans reproche ?

Marcher en liberté
Marcher vers ma liberté

Casser l’enferment physique… Ouvrir sa porte à l’extérieur, partir dans cette nature si belle… Respirer, marcher, trouver son rythme, ressentir son corps en liberté, en endurance, en autonomie… Vagabonder et partager.

Casser l’enfermement psychique… Le cercle sans faille de notre culpabilité déguisée, retrouvée sans cesse… Ne plus lutter, tenir ou se protéger… Mais au contraire ouvrir doucement sa porte, sa carapace… Ressentir cette culpabilité imaginaire, et ce traumatisme archaïque qu’elle tente d’effacer… Ressentis d’abandons, de rejets, manques primordiales, incomblables… Toujours plus seul, plus impuissant… Anéanti.

Vers une psychanalyse moderne ?
Vers une psychanalyse moderne ?

Marcher en liberté… « Viens dans l’ouvert l’ami »… Sans fuir ou fermer les yeux… Aller vers cette écologie en péril, cet équilibre en perdition… Vers cette culpabilité imaginaire et ce traumatisme archaïque d’anéantissement (je suis un « bébé tout seul »… Un bébé mort malepeste)… Avec d’autres, avec l’Autre, apprivoiser les peurs, traverser les menaces, dépasser l’horizon vertubleu.
En suis je capable ?

Pour partager ces expériences, marcher vers ma liberté… Au rythme de mes pas, de mon corps… J’ai fondé le groupe Randonnées gardoises… Incitation à retrouver volonté, indépendance et beauté.

Pour partager ces expériences, marcher vers ma liberté… Au rythme de mes peurs dépassées, de ma culpabilité imaginaire acceptée, de mes traumatismes archaïques traversés… J’ai fondé le groupe Psychanalyse aujourd’hui ?… Incitation à créer son chemin singulier, son chemin de liberté

Allez !

Des vidéos prises sur le vif des ateliers et conférences sont disponibles sur la chaîne :  Jean Godebski – You Tube

2 réponses sur “Marcher vers ma liberté…”

  1. Bravo vous êtes passionné, c’est le secret. Vous devez être un bon analyste et je suis tentée de vous appeler.
    Merci de vos écrits partagés, ils font du bien à la psychanalyse aussi.
    Belle journée d’automne
    Caroline Conti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.