Le Réel

Pour Freud, le réel était comme la libido, une énergie constante. Pour Lacan, le réel, exclu du symbolique, est hors sens. C’est un réel traumatique : ce qui n’a pu être assimilé, ce qui est inassimilable, hors mot, se répète et fait symptôme. « Le noyau de jouissance est réel » (J.-A. Miller, 2011). La rencontre d’un événement de jouissance comme le langage est traumatique.

Lacan-Le Réel/godebski-psychanalyste-psy-nimes.fr
Le Réel c’est Dieu ?

Continuer la lecture de « Le Réel »

Jouissances abandonniques

« Jouissances abandonniques » est la cinquième partie de la conférence « Passions et solitude… », après « Un abandonnique… Corbleu ! », « Structure abandonnique… Un fantasme ? » et « Abandonniques… Mais pas trop ! », « Seul peut-être… Mais peinard ». Qu’est-ce qui fait la compulsion de répétition et comment peut-on expliciter ces symptômes, cette jouissance chevillée… Pardieu ?

Jouissances-abandonniques-godebski-psy-nimes
Yash Godebski Fille a la banquette rouge

Continuer la lecture de « Jouissances abandonniques »

Lacan … La jouissance

Lacan avait distingué la jouissance phallique (ou œdipienne, reliée à l’Autre et à l’interdit) et la jouissance féminine (jouissance du corps, réelle, hors-sens). La jouissance non œdipienne n’est pas dialectisée, contrairement à la jouissance œdipienne qui doit d’abord être frustrée, refusée (d’où l’importance de la loi, de l’interdit comme déclencheur de jouissance… Lacan avait fait un parallèle entre jouissance et péché dans les textes mystiques !). J.-A. Miller généralise la jouissance féminine à tout parlêtre. Ce n’est pas évident de se la représenter car, par définition, elle est irreprésentable. Ce qui est à cerner c’est l’au-delà du père, de l’interdit, de la loi… L’au-delà du langage !

lacan-jouissance-godebski-psychanalyste-psy-nimes
La jouissance au-delà du langage…

Continuer la lecture de « Lacan … La jouissance »

Seul peut-être … Mais peinard !

« Seul peut-être … Mais peinard » est la quatrième partie de la conférence « Passions et solitude… », après « Un abandonnique … Corbleu ! », « Structure abandonnique… Un fantasme ? » et « Abandonniques… Mais pas trop ! ». Nous reprenons ici l’impossibilité de traverser le ravage pour une fille, de tuer le père pour le garçon… Le For Da revisité… Le transgénérationnel qui est peut être au final cause de tout… Les passions à répétitions et cette conclusion, inévitable ( ?) : Seul peut-être mais peinard… Saperlotte.

Seul-peinard-abandonnique-godebski-psychanalyste-nimes-gard
.    Matisse : La chute d Icare

Continuer la lecture de « Seul peut-être … Mais peinard ! »

Une clinique continuiste

Que reste-t-il du modèle princeps de la névrose de Freud ? La névrose tendrait-elle à disparaître à cause du changement de nos sociétés ? De la relativisation des interdits ? De l’absence des références paternelles ? Ou est-ce les fondements de la névrose même qui sont remis en questions ? Peut-on  alors parler d’une clinique continuiste ?

Clinique-continuiste-Lacan-Godebski-Psychanalyste-nimes
Cyprien Godebski : Portrait

Continuer la lecture de « Une clinique continuiste »

La Forclusion généralisée

Dans son premier enseignement, Jacques Lacan partait du postulat « N’est pas fou celui qui veut ». Il inventait son concept majeur « La forclusion du Nom-du-Père » : est fou celui qui n’a pu rencontrer dans sa petite enfance une fonction séparatrice tierce, paternelle ou autre (Cf : La pluralité des Noms-du-Pères)… Un « Signifiant Maître » sous lequel il ordonne sa jouissance.

Forclusion-généralisée-lacan-Godebski-psychanalyste-nimes
La Forclusion Généralisée… Peste !

Continuer la lecture de « La Forclusion généralisée »

Une clinique en acte : la coupure

« Le Nom-du-Père ne tient plus le haut de l’affiche, la vérité n’est plus le fin mot, le son résorbe le sens, il n’est de trauma que de Lalangue, la jouissance prévaut sur le signifiant, l’interprétation vise la coupure sans négliger l’équivoque, une docilité à l’irréductible doit advenir »
Marc Lévy (psychiatre, psychanalyste, membre de
l’Ecole de la Cause Freudienne)

Premier acte d’un psychanalyste pour se dégager des « broderies du symbolique » (découverte d’un sens qui relance de nouvelles interprétations qui produit un nouveau sens, indéfiniment) : la « coupure ».

Continuer la lecture de « Une clinique en acte : la coupure »

Lacan : Une clinique du Réel

« La psychanalyse part toujours de l’association libre, des formations de l’inconscient et de l’interprétation du sens, mais pas pour s’y installer, pour viser le hors sens du Un auquel tout parlêtre est assujetti fondamentalement dans sa répétition » (Miller J.-A. « L’être et l’Un »).

Dès 1957 (Séminaire V : Les formations de l’inconscient) Lacan doit se résigner : sa tentative de tout faire passer sous le joug du symbolique (« l’inconscient est structuré comme un langage ») bute sur la pulsion. Dès lors on va assister, progressivement, au passage du symbolique au réel, du langage à la pulsion, jusqu’au triomphe de la jouissance sur le signifiant (Séminaire XX de 1973 : Encore).

Lacan-encore-clinique-réel-godebski-psy-nimes
Lacan… Encore

Continuer la lecture de « Lacan : Une clinique du Réel »

Introduction à une Clinique du Réel

Dans les dernières années de sa  » clinique du réel », Jacques Lacan pratiquait non seulement les séances à durée variable (motif des scissions de 1953 et 1963), des séances courtes mais aussi des « non séances » pourrait-on dire. A ce patient qui l’attend dans sa salle d’attente, il dit : -Vous êtes là… Moi aussi ! A la semaine prochaine.
Bien sûr il empoche le montant de la séance, bien sûr il attend son patient la semaine suivante… Et bien sûr son patient revient… Comment comprendre cette pratique ?
Continuer la lecture de « Introduction à une Clinique du Réel »